En cette semaine du 8 mars, journée internationale de lutte pour les droits des femmes, découvrez le film Mustang, premier film de Deniz Gamze Ergüven. Un film puissant, un hommage à la féminité, à la sororité, une ode à la liberté.

Mustang, sorti en salle en 2015, aborde la condition des femmes en Turquie. Cette fiction s’inspire d’histoires vécues par la réalisatrice, Deniz Gamze Ergüven, ou des membres de sa famille. L’œuvre est portée par cinq héroïnes, cinq sœurs pleines de joie, de fougue, de rêves, chacune d’une beauté bouleversante, interprétées par Güneş Nezihe Şensoy, İlayda Akdoğan, Tuğba Sunguroğlu, Elit İşcan et Doğa Zeynep.

Un passage brutal à l’âge adulte

L’action commence au début de l’été. Dans un village reculé de Turquie, cinq sœurs rentrent de l’école en jouant avec des garçons, déclenchant un scandale aux conséquences inattendues pour elles. Iels plongent tou.te.s dans la mer, les filles grimpent sur les épaules des garçons, s’amusant avec insouciance. Pour leur grand-mère et leur oncle, incarnation du patriarcat et du conservatisme turc, en charge des cinq jeunes femmes, la vision n’est pas la même. Pour s’être « frottées » contre des garçons, risquant d’être « impures », « souillées avant le mariage », iels privent peu à peu les sœurs de leur liberté. La maison familiale devient peu à peu une prison, les cours de pratiques ménagères remplacent l’école et leurs mariages s’arrangent. Les cinq sœurs, animées par un même désir de liberté, détournent les limites qui leur sont imposées. Le.a spectateur.trice assiste au passage de l’innocence de ces jeunes femmes vers un monde brutal où leur avenir est déterminé. 

Comment mieux définir la sororité : cinq femmes, cinq sœurs, liées comme les doigts de la main. Elles partagent tout, jusqu’à être séparées les unes des autres par des mariages non désirés. Trop belles. Trop libres. Trop sensuelles. Trop fières. Exprimant une envie de révolte contre ces conditions d’enfermement et de contrôle, certaines en subiront les conséquences. Cet enfermement se matérialise sous leurs yeux : la maison, anciennement pleine de vie, se transforme en une prison, des barreaux sont mis aux fenêtres et des grilles entourent la propriété.

Photo extraite du film Mustang de Deniz Gamze Ergüven (2015).

La condition des femmes en Turquie

La Turquie était un pays moderne sur la question des droits des femmes. Les femmes ont par exemple pu voter dès 1934 ou encore, en 1983, une loi autorise l’IVG jusqu’à la dixième semaine de grossesse. De plus, le Code civil, adopté en 1926, proclame la monogamie, les droits égaux face au divorce, le partage de l’autorité parentale, l’égalité dans l’héritage1

Cependant, depuis 2003 et l’arrivée au pouvoir de l’AKP (Adalet ve Kalkınma Partisi, le Parti de la Justice et du Développement), le parti de Recep Tayyip Erdoğan, le patriarcat regagne du terrain, à travers un discours voulant renforcer les traditions, la morale ou encore la religion. En 2012, Erdoğan décrit l’avortement comme étant un « meurtre »2. De plus, le gouvernement appelle les ménages à avoir trois enfants, pour accroître la population et permettre à la Turquie d’apparaître parmis les économies les plus puissantes du monde, ayant tendance à limiter à nouveau les femmes à leur seule condition de mère3. Ceci est affirmé par le gouvernment, le 24 novembre 2014, Erdoğan, président de la République, assure que la femme ne peut être considérée comme l’égale de l’homme. Il s’appuie sur le Coran : « Notre religion a défini une place pour les femmes dans la société : la maternité ». Femmes et hommes ne peuvent pas, selon lui, être traité.e.s de la même façon, « parce que c’est contre la nature humaine »4

On comprend également l’ampleur du patriarcat en regardant les chiffres des violences sexistes : en Turquie en 2014, 53% des femmes assassinées le sont par leur mari, et 17% par un autre membre de la famille. De 2002 à 2009, 4 063 femmes ont été assassinées pour « cause d’honneur »5.

Mustang est un film qui témoigne du statut des femmes dans la société turque actuelle, dans cette société divisée entre les progressistes et les plus rétrogrades qui s’imposent dans les dernières années. Ce film interroge sur le rapport à la sexualité en Turquie, sur le retour du conservatisme et comment ce pays qui fut tellement en avance sur ces questions, sombre dans un obscurantisme allant jusqu’à refuser aux femmes le droit de disposer de leur corps.

Une histoire racontée avec poésie

Photo extraite du film Mustang de Deniz Gamze Ergüven (2015).

Malgré la dureté du propos et son importance politique, ce film est d’une poésie captivante. Les plans sublimes s’enchaînent, les corps des héroïnes et leurs longs cheveux bruns s’emmêlent, évoquant ainsi leur union et leur solidarité face aux épreuves.

On ne peut s’empêcher de s’attacher à ces jeunes femmes, notamment à Lale, la plus jeune des sœurs, au départ en retrait par rapport aux autres. À travers elle, nous voyons leurs vies changer, ses sœurs partir les unes après les autres. Elle finit par se révéler la plus révoltée.

Dans Mustang, Deniz Gamze Ergüven filme avec délicatesse ses actrices, dans leurs joies, leurs chagrins et leur révolte. Elle nous plonge au cœur d’un récit attachant, bouleversant, révoltant. Elle illustre ce que signifie être une femme dans la Turquie actuelle, sa place dans la société faisant débat entre mesures progressistes et conservatisme patriarcal. À travers leur combat, leur beauté et leur jeunesse exaltent, et c’est le combat de toutes les femmes qui s’exprime, allant bien au-delà des frontières turques.

Photo extraite du film Mustang de Deniz Gamze Ergüven (2015).

GROW lutte pour les libertés et les droits des femmes, et ne peut donc que vous recommander ce film. Tout au long de ce film, nous sommes pris.e.s dans un flot d’émotions, on sourit, on rit parfois, on admire, on pleure. On quitte la salle les yeux brillants, le sourire aux lèvres, bouleversé.e, avec une envie de vivre, de profiter, et de croire en un monde dans lequel les jeunes filles joueront librement avec leurs ami.e.s à la sortie de l’école. Mustang porte bien son nom, la beauté, la fierté, et surtout : la liberté.

RÉFÉRENCES

BLOCH, C. (2015). Entretien : Mustang ou le destin tragique de cinq sœurs en Turquie. Konbini. [online] June 2015. Available at: https://www.konbini.com/fr/entertainment-2/entretien-mustang-deniz-gamze-erguven/ [Accessed 28 Feb. 2021].

MESSINA, M. (2014). Les droits des femmes turques sont-ils en régression ? Le Monde. [online] Nov. 2014. Available at: https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/11/27/les-droits-des-femmes-turques-sont-ils-en-regression_4529711_4355770.html [Accessed 28 Feb. 2021].

TEKELI, S. (1996). Les femmes républicaines et la place de la femme turque dans la société d’aujourd’hui : statut juridique et politique. Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien. [online] May 2006. Available at: http://journals.openedition.org/cemoti/557 [Accessed 28 Feb. 2021].

YARAMAN, A. (2007). Turquie : Réalités du féminisme, ambiguïtés du kémalisme. Après-demain. [online] Mar. 2007. Available at: https://www.cairn.info/revue-apres-demain-2007-1-page-16.htm [Accessed 28 Feb. 2021].

N.D. (2014). Turquie : pour Erdogan, la femme n’est pas l’égale de l’homme. AFP & Le HuffPost. [online] Oct. 2016. Available at: https://www.huffingtonpost.fr/2014/11/24/turquie-erdogan-femme-egalite-homme_n_6213078.html [Accessed 28 Feb. 2021].

References
1 YARAMAN, A. (2007). Turquie : Réalités du féminisme, ambiguïtés du kémalisme. Après-demain. [online] Mar. 2007. Available at: https://www.cairn.info/revue-apres-demain-2007-1-page-16.htm [Accessed 28 Feb. 2021].
2, 3, 5 MESSINA, M. (2014). Les droits des femmes turques sont-ils en régression ? Le Monde.  [online] Nov. 2014. Available at: https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/11/27/les-droits-des-femmes-turques-sont-ils-en-regression_4529711_4355770.html [Accessed 28 Feb. 2021].
4 N.D. (2014). Turquie : pour Erdogan, la femme n’est pas l’égale de l’homme. AFP & Le HuffPost. [online] Oct. 2016. Available at: https://www.huffingtonpost.fr/2014/11/24/turquie-erdogan-femme-egalite-homme_n_6213078.html [Accessed 28 Feb. 2021].

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.